Les Anglais roulent-ils du mauvais côté ?

Ah les anglais…ils ne font jamais rien comme tout le monde ! Rien qu’avec la viande bouillie et la bière tiède (payons nos clichés), on se demande qui sont ces fous. Mais quand on passe à l’automobile, pourquoi diable roulent-ils à l’envers de tout le monde ?

Déjà, on est loin de tout le monde conduit à droite. Dans les faits, c’est pas loin d’un tiers de la population mondiale qui conduit à gauche. Certes une grande majorité des pays concernés sont d’anciennes colonies britanniques, mais en ce qui concerne d’autres pays (comme le Japon), cela n’est pas l’explication, et on ne trouve rien pour expliquer pourquoi.

Il y a beaucoup plus de pays ou l’on conduit à gauche (en bleu) qu’on ne voudrait bien le croire

Maintenant qu’on en a fini avec la géographie, place à l’histoire. On retrouve des traces remontant à l’époque romaine permettant d’affirmer que les gens avaient tendance à se déplacer du côté gauche de la route. En effet, on a découvert en 1998, près de Swindon (en Angleterre, justement), les traces d’une ancienne carrière remontant à l’Antiquité. Les marques laissées par les chariots sur la route tendent à indiquer que les chariots chargés ressortaient du coté gauche. De même, une autre explication avancée couvre une période allant de l’Antiquité au Moyen-Age. Si on se réfère à cette théorie, les soldats en armes (ou plus tard, les cavaliers) se déplaçaient du coté gauche de la route, afin que leur glaive ou autre épée ne s’entrechoque pas avec l’arme de la personne arrivant dans le sens opposé, ce qui pouvait être interprété comme un signe de défi. Toutefois, cette théorie est à relativiser, car aucun document ne vient étayer cette théorie et il est impossible de savoir s’il s’agissait de coutumes locales ou plus globales.

Il faudra attendre le XIIIe siècle pour que les choses soient enfin figées. L’édit papal de Boniface VIII conseille aux pèlerins de circuler sur le coté gauche de la route, fixant ainsi la circulation des gens et attelages pour les 5 prochains siècles.

Avance rapide, nous sommes maintenant au XVIIIe siècle. Aux Etats-Unis apparaît le Conestoga, un attelage tiré par 6 ou 8 chevaux, attelés par paire. Grâce à sa maniabilité et sa grande capacité de charge, il se répand rapidement à travers l’Amérique et on retrouve un équivalent en Europe. Cet attelage présente une particularité à première vue anodine : il n’y a pas de siège pour le cocher. Cependant ce petit détail va avoir une conséquence imprévue. Le cocher s’installe sur le dernier cheval, du coté gauche, afin de pouvoir manipuler son fouet de la main droite.

C’est donc assez naturellement que les utilisateurs de Conestoga se mettent à circuler à droite, afin de pouvoir juger au mieux l’espace nécessaire au croisement de deux attelages. Au final, la chose sera entérinée en 1792, la Pennsylvanie imposant la conduite à droite. Elle sera rapidement suivie par les autres états des Etats-Unis. A cette époque les liens entre la France et les USA, fraîchement indépendants, sont forts. La France apporte son aide afin de bouter l’Anglais hors de la jeune confédération. Ainsi le Conestoga arrive en France, et portée par le mouvement révolutionnaire, la conduite à droite s’impose à travers le pays.

A tout cela, il faut ajouter l’expansion napoléonienne à travers l’Europe. La majeure partie du continent passera sous domination française au début du XIXe siècle, et la conduite à droite, par la meme occasion. Toutefois, les Anglais font de la résistance. Épargnés par l’invasion, et qui plus est, plutôt froids à l’idée d’adopter une invention américaine (étrange, non?), ils utilisent un attelage tiré par deux chevaux et surtout muni d’un siège. Afin de ne pas gêner un éventuel passager lors de la manipulation du fouet, le cocher s’installe donc du côté droit de l’attelage. De fait, les attelages anglais circulent toujours à gauche.

Penchons-nous maintenant sur le sujet qui nous intéresse le plus, l’automobile. Pas d’impact sur le sens de circulation, toutefois, logique oblige, tout le monde propose… un volant à droite. Et oui, c’est bien de logique qu’il s’agit. A l’époque le frein à main est à l’extérieur de la carrosserie et manipulé par une poignée au manche on ne peut plus long. Il est mis du coté droit, car la majorité de la population étant droitière, le conducteur aura majoritairement plus de force dans le bras droit.

Pour les anglais, pas de souci, cela ne change en rien les habitudes. Pour les continentaux, en revanche, le manque de visibilité vers le côté gauche de la voiture en cas de croisement pousse les conducteurs à frôler le bas-côté le plus possible, avec tout le danger que cela comporte. La technique avançant, le frein à main est placé à l’intérieur de l’habitacle. C’est à ce moment que les constructeurs sur le continent basculent le poste de conduite du côté gauche, afin d’augmenter la visibilité pour le conducteur.

Au fil du temps, certains pays ont changé leur sens de circulation, afin de faciliter les échanges avec les pays voisins. On pourra par exemple citer la Suède qui passa ainsi de gauche à droite en 1967, ou les anciennes colonies anglaises en Afrique, qui ont pris la même décision, afin d’uniformiser la circulation avec les pays limitrophes, anciennes colonies françaises, ou l’on circule à gauche. A l’opposé, quelques pays d’Océanie on basculé de droite à gauche, afin de faciliter l’importation de véhicules depuis l’Australie et la Nouvelle-Zélande.

L’étrange échangeur permettant de changer de coté de circulation entre la Chine et Macau

Donc, non les Anglais ne roulent pas à proprement parler du mauvais côté, c’est juste un simple attelage qui a changé la face du monde. Eut-il été moins long… Mais on ne le saura jamais. Et de tout façon, n’importe quel anglais vous dira que le volant est du bon côté (the steering wheel is on the right side), et il aura raison !

Une pensée sur “Les Anglais roulent-ils du mauvais côté ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Les flous du volant

1 User(s) Online